(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Tableaux anciens & modernes ... composant la collectino de Mme. de V...[Vermeulen]"

«fî^,.y77/\f'i 



ppipi»?'^^'^'^^,^;;/;'^^ 



Digitized by the Internet Archive 
in 2013 



http://archive.org/details/tableauxanciensmOOgale_0 



LIBRARY OF THE 

John G. Johnson Collection 

CITY OF PHILADELPHJA 



Collection de M"^^ de V*** 



TABLEAUX ANCIENS 

ET MODERNES 



CONDITIONS DE LA VENTE 



Elle sera faite au comptant. 

Les acquéreurs paieront dix pour cent en sus des enchères. 



Paris — Imp. Georges Petit, 12, rue Godot-de-Mauroi. — 196^2-09. 



CATALOGUE 



DE 



TABLEAUX 



ANCIENS & MODERNES 



BOUCHER, BROUWER, COURBET, VAN DYCK 
DE HEEM, HENNER, L A RGI LLI ERRE , m"" I.EDOUX, MAES, MURILI.O 
NATTIER, POURBUS, TENIERS, WOUVERMANS, ETC. 

Composant la 

Collection de M"* de V*** 

DONT LA VENTE 

PAR SUITE DE DATION DE CONSEIL JUDICIAIRE 

AURA LIEU 

GALERIE GEORGES PETIT 

8, RUE DE SÈZE, 8 

Le Jeudi 6 Mai 1909, à 3 heures 



M' ORIGET 

COMHISSAIRB-PRISBUR 

3, boulevard Sébastopol, 3 



M. GEORGES SORTAIS 

PEINTRE-EXPBRT PRÈS LE TRIBUNAL CIVIL 

1 1, rue Scribe, 1 1 



EXPOSITIONS 

Particulière : Le Mardi 4 Mai igog, de 10 heures à 6 heures. 
Publique : Le Mercredi 5 Mai igog, de 10 heures à 6 heures. 



rc- 



\J 







^^ 



Tableaux Anciens 



BOUCHER 

(Attribué à FRANÇOIS) 

I — Vénus et l' Amour. 

Sur un lit, la déesse nue est couchée, vue de dos, la 
jambe droite ployée. De son bras gauche levé, elle 
cache son visage qui s'éveille, tandis que, apparaissant 
dans une draperie rouge, un bambino, joufflu et blond, 
promène des regards curieux et souriants sur tant de 
beauté innocemment révélée. La jeune femme a ses 
cheveux blonds relevés et retenus à Taide d'un ruban 
vert paon. A gauche, plus loin que les frondaisons 
roussies par l'automne, on aperçoit la mer sous un ciel 
chaud. 

Toile. Haut., 36 cent. 1/2; larg., 45 cent. 



Nota. — En présence du vernis jaune qui recouvre cette peinture, il 
nous est impossible de définir d'une façon absolue si cette œuvre est de 
Boucher; cependant, nous la croyons de son époque. La collection Valton, 
léguée à l'École nationale des Beaux-Arts, renferme le dessin de la femme 
seule : l'Amour, le rideau et le paysage n'y figurent pas. 

2 



TABLEAUX ANCIENS 



BROUWER 

(Attribué à ADRIAEN) 
iôo5-i638 

Le Joyeux compagnon. 

Il est vu jusqu'à mi-corps, de trois quarts à droite, 
vêtu d'un manteau brun ouvert sur un gilet clair. Ses 
cheveux châtains débordent en boucles de son grand 
feutre noir à plumes blanches. Et il rit, de sa large 
bouche aux dents égales : ses narines se pincent dans 
le pli gras de ses joues, et ses yeux s'illuminent d'une 
malice joyeuse. 

Panneau. Haut., 47 cent.; larg., 37 cent. 



TABLKAUX ANCIENS 



DOW 

(École de GÉRARD) 
i6 13-1675 

La Mère de F artiste sur son lit de mort. 

Elle est couchée, coiffée d'un bonnet de mousseline, 
garni de dentelles, avec un frontal à petits plis, égale- 
ment garni de dentelles. 

Une fraise à tuyautés rigides semble porter sa tête. 
Son visage reposé a pris un ton éburnéen. L'œil fait 
bomber les paupières closes au fond de l'arcade sour- 
cillière : les maxillaires soutiennent encore les lèvres 
qui gardent un beau dessin ferme. Sur le drap qui 
monte plus haut que la poitrine, on a placé un crucifix ; 
à gauche, un chandelier de cire. 

Signé à droite, en haut : Anno 1622. G. Dov f. 

Panneau. Haut., 66 cent.; larg., 52 cent. 



TABLEAUX ANCIENS 



DOW 

(École de GÉRARD) 

L'Heure calme au foyer. 

Près de la fenêtre, largement éclairée, et qu'amuse 
une cage où chante un oiseau, les trois êtres qui com- 
posent le foyer sont réunis. Le père, qui se repose de 
son travail manuel, dont on voit au fond les outils 
accrochés contre le mur, est accoudé sur la table et lit 
dans un in-folio ouvert devant Ini, et auquel un autre 
volume tient lieu de pupitre. Près de la table, la mère, 
assise dans un fauteuil, un coussin et un linge sur les 
genoux, s'est laissée aller à un sommeil béat. Devant 
elle, dans sa bercelonette, Tenfant est endormi. Au 
fond, on aperçoit les oreillers du lit enfoui dans une 
alcôve. 

Panneau. Haut., 55 cent.; larg., 41 cent. 



L«?.'sO,>?>.-\a-.c^) 




frvenir ,1 /m/' l-,-,ir,:,:' l'rl 



^^fr ' /f//f',y/t'/- /vA.>/r ,>///• .^f'// /r/ r// ///f'f 



// 



"S' au (.Om.Iv 




r/zf/ff/j* / 



ijC.^l, t3t),een^ ( tlecia L't. cv»'tJ<>v 




A' .V //'//' (','<iri/t:< Pfttt 



/^ 



^f,> ' y"//'///-^ 



. /,IIa>'.).. J.c.'Lx. 




r. 



■/f r^//f y^yy/^j//: 



bcAc N-U\inai\Oo r>u yxv S\.'cA< 




J'rcct'tft' rf 7m/' l'ectrye^: Pi'tif 



'///////>'///' ^ 



TABLEAUX ANCIENS 



DYCK 

(ANTOINE VAN) 
1577-1640 

Mendiant, tête d'étude pour le tableau 
de Saint Martin. 

Etude jusqu'à mi-corps. L'homme a Tépaule gauche 
déformée par la longue habitude de la béquille sur 
laquelle il appuie son pas chancelant. Il tend, de profil 
à gauche, son masque grimaçant aux veines durcies, 
aux muscles saillants, aux rides profondes; Tœil, légè- 
rement exorbité, a une intensité torve; le crâne est 
enserré dans un serre -tête blanc; Tépaule se dégage 
d'une draperie en loques qui lui sert de manteau. 

Toile. Haut., 42 cent.; larg., 32 cent. 



lo TABLEAUX ANCIENS 



ÉCOLE ANGLAISE 



6 — Portrait de femme. 

De trois qusarts à gauche, en robe blanche, ceinture 
bleue et chapeau de feutre. 

Toile. Haut., 76 cent.; larg., 64 cent. 



ÉCOLE ESPAGNOLE 

7 — Sainte Madeleine. 

Toile Haut., 55 cent.; larg., 43 cent. 



TABLEAUX ANCIENS II 



ECOLE FLAMANDE 

(XVIe SIÈCLE) 



8 — Triptyque. 



Partie médiane : la tète du Christ rayonnante. Sur la 
bordure du vêtement, se trouve une inscription en lettres 
onciales. 

Volet de gauche : saint Jérôme. 

Volet de droite : sainte Catherine d'Alexandrie. 

Partie médiane. Haut., 24 cent.; larg., 19 cent. 
Volets. Haut., 23 cent.; larg., 9 cent. 1/2. 
La partie haute est cintrée. 



12 TABLEAUX ANCIENS 

ÉCOLE FLAMANDE 

(D'après 1') 

9 — Décoration en camaïeu composée de cinq 
panneaux. 

A. A r auberge. 

Toile. Haut., 3 m. 85 ; larg., 2 m. 28. 

B. Danse champêtre. 

Toile. Haut., 3 m. 90 ; larg., 2 m. 76. 

C. Le Passeur. 

Toile. Haut., 2 m. 42; larg., 2 m. 79. 

D. Les Plaisirs de l'été. 

Toile. Haut., 2 m. 60; larg., 2 m. 78. 

E. Le Joueur de cornemuse. 

Toile. Haut., i m. 28; larg., i m. 02. 

ÉCOLE FLAMANDE 

10 — Le Petit joueur de romelpoot. 

Panneau. Haut., 33 cent.; larg., 28 cent. 

ÉCOLE FLAMANDE 

1 1 — L'Ecureuil. 

Peinture sur cuivre. 

Haut., 18 cent.; larg., 23 cent. 



^ 



TABLEAUX ANCIENS i3 

ÉCOLE FLAMANDE 

1 2 — Grenades et autres fruits. 

Peinture sur cuivre, pendant du précédent. 

Haut., i8 cent. ; larg., 23 cent. 

ÉCOLE FRANÇAISE 
i3 — Vénus et Viilcain. 

Décor d'une table au vernis Martin. 
Peinture ronde. 

Diam., g8 cen: 

ÉCOLE FRANÇAISE 

(XVIIIe SIÈCLE) 

14 — Le Berger entreprenant. 

Toile. Haut., 21 cent.; larg., 26 cent. 

ÉCOLE FRANÇAISE 

i5 — Portrait d'ime princesse. 

Toile. Haut., 40 cent.; larg., 33 cent 

3 



,4 TABLEAUX ANCIENS 



ÉCOLE HOLLANDAISE 

(XVII» SIÈCLE) 

i5 — Au bord de la rivière. 

Le bois est traversé par la rivière : c'est la fin de Tété. 
Les grands arbres ont des frondaisons dorées, qui se 
balancent sur Técran du ciel illuminé, et, sur Técorce 
des troncs bossues, la lumière promène des caresses 
d'argent. Au premier plan, au milieu, une paysanne 
cause avec un paysan qui conduit une bête au marché ; 
à gauche, un chemineau se repose, assis. Au fond, on 
aperçoit des bêtes en train de paître au bord de Teau. 

Toile. Haut., yS cent.; larg., 92 cent. 1/2. 



ÉCOLE HOLLANDAISE 

ly — Intérieur d'église. 

La nef centrale d'une cathédrale, avec, au fond, le 
maître-autel : plusieurs groupes de personnages se pro- 
mènent sur le dallage en damier. Les verrières versent 
dans l'intérieur de l'édifice une lumière blonde. 

Signé à droite, en bas : i65g. 

Panneau. Haut., 32 cent.; larg., 38 cent. 1/2. 



TABLEAUX ANCIENS i5 



ECOLE ITALIENNE 

(XVII-' SIÈCLE) 

1 8 — Le Ma riage mystique de sa inte Ca therine. 

Toile. Haut., 62 cent.; larg., 48 cent. 1/2. 



ÉCOLE ITALIENNE 

9 — Ecce Homo. 

Peinture sur cuivre. 

Haut., 17 cent; larg., 14 cent. 



i6 TABLEAUX ANCIENS 



HEEM 

(JEAN-DAVIDSZ DE 
1606- 1684 

20 — Les Fruits, 

Sur une console en partie cachée par une draperie 
de velours bleu, on a posé des grappes de raisin, des 
grenades, des prunes, des pommes, et, sur un plateau 
d'argent, un citron à demi pelé en spirale. 

Signé en haut, à droite : /. D. de Heem f., i65g. 

Toile. Haut., 47 cent. 1/2; larg., 63 cent. 



TA BLP:AUX ANCIENS 17 



ÉCOLE D^HOBBEMA 



21 — Le Moulin à eau, 

A droite, au milieu de grands arbres qui balancent 
leurs fondaisons épaisses sur la toiture de tuiles rouges, 
le moulin à eau est construit. Un meunier y porte un 
sac de grain. La roue est immobile. Plus en avant, du 
même côté, de l'autre côté de l'eau, deux personnages 
sont arrêtés, l'un debout, l'autre assis. Vers la gauche, 
des pêcheurs dans une barque remontent le courant. 
A la surface de l'eau frissonnent les beaux reflets des 
lumières qui tombent du ciel bleu, au-devant duquel 
s'envolent des nuées blanches. Au fond, on aperçoit un 
pré, parfois planté de massifs d'arbres et que le soleil 
blondit de sa chaude gaîté. 

Panneau. Haut., 67 cent.; larg., gS cent. 



i8 TABLEAUX ANCIENS 



LARGILLIERRE 

(NICOLAS DE) 

1656-1746 

22 — P or trait présumé d'une dame de Noailles, 

Elle est vue jusqu'à mi-corps, vêtue d'un costume 
rose décolleté, en partie caché par un manteau de velours 
bleu à broderies d'or, doublé de satin blanc. Devant la 
partie droite de la poitrine et sur les bras découverts, 
joue une dentelle blanche qui borde la chemise de 
batiste. La figure est tournée presque de face : ovale 
allongé, menton rond sur un léger pli au cou, bouche 
aux lèvres purpurines légèrement sensuelles, nez fort et 
volontaire, grands yeux clairs d'un éclat tendre et 
aimable. Les cheveux, savamment coiffés et ornés d'un 
ruban brodé, débordent en bouclettes sur les tempes 
et en boucles sur les épaules. De la main gauche relevée, 
la jeune femme soulève un pan du ruban de la cheve- 
lure et, de la main droite, le bras ployé, elle retient son 
manteau de velours bleu, le pouce engagé dans l'échan- 
crure du corsage, sous le sein gauche. La figure se 
dégage, magnifiquement éclairée, sur un fond de paysage 
décoratif. 

Toile de forme ovale. 

Haut., 90 cent.; larg., 74 cent. 



_ LcXViyllu'v ti' ( . I. 







'//■/■// A /^- v//y/^ ^/ ////^ /^///■///i' ^^^ 



r^orr/f/er/ 



/-> 



.a\.vllu-\\c' (.A. ) 




/'n/ft'tft' ff I/np (ifi'rtfc^^- Pettf 






TABLEAUX ANCIENS 19 



LARGILLIERRE 

(NICOLAS DE) 

2 3 — Portrait de Jean Nadaul, avocat géné- 
ral à la Chambre des Comptes de 
Dijon, l 'joi-i 'j'jg. 

Il est représenté de face, jusqu'à mi-corps, en man- 
teau bleu doublé d'une soie brochée; son visage rose, 
aux traits accentués, s'encadre de la haute perruque 
poudrée, aux boucles tombant jusque sur la poitrine. 

Toile. Haut., 82 cent.; larg., 6s cent. 



20 TABLEAUX ANCIENS 



LEDOUX 

[Mii^ jeanne-philiberte; 

I767-I840 



24 — Coquetterie. 



Un torse de jeune femme, dont un voile blanc protège 
à peine la nudité blonde et grasse. La coquette tourne 
la tête du côté de Tépaule gauche. D'étroits rubans 
bleutés se mêlent à ses cheveux blonds partagés sur le 
milieu de la tête et agrémentés d'un voile blanc. Un 
cercle d'or s'arrondit sur son bras, à la hauteur de sa 
poitrine nue. 

Toil». Haut., 45 cent. 1/2 ; larg., Sy cent. 1/2. 



TABLEAUX ANCIENS 21 



MAES 

(NICOLAES) 
1632-1693 

25 — Portrait de jeune femme. 

Debout, vue jusqu'à lui-jambe, elle est tournée de 
trois quarts à gauche. Elle est vêtue d'un costume de 
velours noir, aux manches ouvertes sur une chemise de 
linon blanc. Son corsage est décolleté, un rang de perles 
lui tient lieu de collier. Le visage est rose ; les yeux 
bleus ont des regards gais et tendres. Les cheveux 
blonds sont coiffés en bouclettes, avec une légère coiffure 
noire que terminent des bijoux de jais à reflets de 
lumière. Le bras gauche pend naturellement; la main 
droite se relève et retient un voile de gaze près de 
l'épaule droite. 

La figure se détache sur un fond de rocher et, à 
gauche, on aperçoit un paysage mouvementé sous un 
ciel doré de soleil couchant. 

Signé à gauche, en bas : Maes N. 

Toile. Haut., 68 cent.; larg., 34 cent. 



22 TABLEAUX ANCIENS 



MURILLO 

(BARTHOLOMÉ-ESTEBAN) 

1618-1682 



26 — Saint Philippe. 

Il est vu jusqu'à mi-corps, debout. De la main gauche, 
il tient un crucifix. Il appuie sa main droite sur sa poi- 
trine en un geste qui se donne, et il lève vers le ciel des 
regards extatiques. Il est vêtu de la robe blanche à 
capuche. La figure, aux traits accentués, se détache sur 
un fond sombre. 

Toile. Haut., 71 cent.; larg., 58 cent. 



kuMll.> 




l'rûft'fit' t't hno {•twryt's l'rfi/ 



V/^y 



/// ' y /u//////r 



,0 , 




Pnut'dê l'tljnp Oe<>r<jt\< Pt^iii 



-f^y^i^^ 






^// , /'/////r/ , r///r//e<J<i'ey 



> ///^y 



TABLEAUX ANCIENS 23 



NATTIER 

(JEAN-MARC) 

1685-1766 

27 — Portrait de Louise de France, Duchesse 
de Parme, en Diane. 

Elle est représentée jusqu'à mi-corps, la tête de face, 
légèrement inclinée vers Tépaule droite. Elle est rose ; 
ses traits étaient un peu lourds, mais le peintre l'a rendue 
presque jolie. 

Les cheveux , légèrement poudrés et courts , se 
relèvent et dégagent le front ; les yeux ne manquent 
pas d'esprit, la bouche est souriante; le menton se des- 
sine sur un pli gras du cou qui annonce une maturité 
prochaine. La chemise décolletée a glissé de l'épaule 
gauche, découvrant largement la poitrine. De ses deux 
mains, la jeune femme tient un arc. Et un croissant 
d'argent lumineux s'arrondit au-dessus de sa tête. La 
figure se détache sur un fond bleuté. 

Toile. Haut., 66 cent.; larg., 55 cent. 



TABLEAUX ANCIENS 



POTTER 

(Attribué à PAUL) 

8 — Etude de cheval bai. 

Il est vu de trois quarts à droite et de croupe. 

Panneau. Haut., 27 cent.; larg., 29 cent. 



POURBUS 

(École de) 

29 — Portrait d'un écrivain. 

Debout, de trois quarts à droite, la main droite appuyée 
à la hanche et tenant un papier manuscrit, la main 
gauche pesant sur une table qui porte une écritoire et 
des papiers manuscrits, ainsi qu'une enveloppe de par- 
chemin d'où s'échappent des sceaux. Le personnage est 
vêtu d'un pourpoint de satin noir, avec, aux manches, 
des rebras de batiste blanche, garnis de point coupé. 
Autour du cou, une fraise rigide bordée de dentelle. 
Il a la barbe en pointe et les cheveux châtain clair ; 
derrière lui, un fauteuil de noyer à garniture de cuir, 
cloutée de cuivre. Dans le haut, à gauche, on lit : 
Eatates sve (sic) 44 — i63o. 

Toile. Haut., i m. o5 ; larg., 83 cent. 



TABLEAUX ANCIENS î5 



RIGAUD 

(Atelier de HYACINTHE) 
1659-1743 

3o — Portrait de Lebret, conseiller au Parle- 
ment de Provence. 

Il est représenté jusqu'à mi-corps, la tête tournée de 
trois quarts à gauche. C'est un visage jeune, qui s'en- 
cadre des boucles de la perruque poudrée. Il porte un 
rabat de batiste blanche sur une robe noire, et retient 
de la main droite un livre fermé. 

Toile de forme ovale. Haut., 82 cent.; larg., 65 cent. 

Nota. — Nous croyons que cette peinture est l'œuvre de Lcgros, 
élève de Rigaud. 



26 TABLEAUX ANCIENS 

SEGHERS 

(DANIEL, dit le Jésuite d'Anvers) 
1590- 1660 

3i — Sainte Famille. 

Dans un encadrement de lïeurs et de fruits, tulipes et 
roses, pommes, pêches, raisins, prunes, cerises et fram- 
broises, on a réservé un médaillon où se trouve figurée 
une Sainte Famille. 

Panneau. Haut., i m. 20.; larg., 83 cent. 

STEPHANO DE FERRARE 

1419-1500 

32 — Triptyque. 

Partie médiane : le Christ au Tombeau. 

Son corps nu, sur le linceul, est appuyé contre les 
genoux de la Vierge, vêtue d'un costume brun et d'une 
chlamyde verte. A droite, Madeleine est agenouillée, 
en contemplation devant le crucifié. De chaque côté de 
la Vierge et en arrière, on voit saint Jean et Joseph 
d'Arimathie. Au fond, un paysage avec le Calvaire, 
dominé parles trois gibets. Au premier plan, un bassin 
de cuivre et un broc d'eau, puis les clous. Les figures 
du Christ, de la Vierge et de saint Jean sont dominées 
soit par un chrisme, soit par un disque d'or. 

Volet de gauche : les Bergers viennent adorer Jésus. 

La Vierge est agenouillée près de la crèche, où Jésus 
est veillé par un ange. Près d'elle, saint Joseph tient un 
cierge. Devant Jésus, un berger va jouer de la corne- 
muse. 

Volet de droite : la Circoncision. 

Partie médiane : haut., 56 cent.; larg., 40 cent. 
Volets : haut., 56 cent.; larg., 17 cent. 

La partie supérieure est plurilobée. 



TABLEAUX ANCIENS 27 



TENIERS LE JEUNE 

(École de DAVID) 
I 6 lo-i 690 

33 — Buveurs à F auberge. 

A gauche, autour d'une table, des buveurs et des 
mangeurs sont assis. Il y a même un jeune godelureau 
qui caresse amoureusement le menton d'une maritorne. 
A droite, dans la salle, près de la porte, un violonneux, 
monté sur un tonneau, fait danser un couple, qui rem- 
place la grâce par de la joie. Derrière les danseurs, des 



gens sont attablés. 



Toile. Haut., 66 cent. 1/2; larg., i mètre. 



TENIERS 

(ÉCOLE DE) 

34 — La Joie à la porte de V auberge. 

A gauche, devant la porte de l'auberge, ils mangent 
assis à une table, ils flirtent à pleines mains, ils dansent 
aux accents d'un violon et d'une basse de viole et même 
parfois ils se bousculent. L'auberge est à l'enseigne de 
Saint Roch. Des arbres mettent de l'ombre sur le ter- 
rain et, vers la droite, au-dessus de la campagne où l'on 
voit des maisonnettes, des moulins, puis, à l'horizon, 
des collines, il y a un ciel clair où s'envolent des nuages 
légers. 

Peinture sur cuivre. 

Haut., 57 cent.; larg., 74 cent. 



28 TABLEAUX ANCIENS 



VERHAGEN 

(P.-L.) 

I728-I8I I 

35 — La Nouvelle esclave. 

Signé en bas, vers la gauche : P.-L. Verhagen f. 1800. 

Toile. Haut., gS cent.; larg., 71 cent. 



WATTEAU 

(D'APRÈS) 

36 — Personnages de comédie. 

Panneau. Haut., 24 cent.; larg., 3o cent. 




V 



V 



Couxln'u ( V/. 





Tableaux Modernes 



COURBET 

(GUSTAVE) 
1819-1877 



38 — La Femme à la main gantée (Portrait 
de M' "^ Croq), 

Elle est assise, de trois quarts à gauciie, accoudée du 
bras droit sur une table de style Louis XVI : elle est 
vêtue d'un costume de soie noire à volants, dont le 
corsage est décolleté en carré. Le bras gauche pend 
naturellement, la main tenant un mouchoir blanc; le 
bras droit est ployé; la main, gantée de gris perle, est 
ramenée au devant du corsage, et le médius joue avec 
la bride d'une fanchon de dentelle noire qui couvre les 
cheveux châtains. La tête est inclinée vers l'épaule 
droite. Les traits sont d'une joliesse un peu appuyée, 
bouche fine, nez fort, regard câlin, épiderme rosé et 
moelleux sur une ossature puissante. Un petit bouquet 
de violettes est piqué au devant du corsage. La jeune 
femme porte en écharpe un châle vert à bande rose, 



32 TABLEAUX MODERNES 

dont les pans sont retenus sur les deux bras. Des perles 
de corail enfilées lui tiennent lieu de bracelets. Les pieds 
chaussés d'escarpins mordorés, à nœuds de ruban, sont 
surélevés sur un tabouret d'acajou garni d'une étoffe 
verte. Sur la table, un boa de fourrure. Dans le fond, à 
droite, une draperie relevée. La figure se détache sur 
un fonds gris. 

Toile. Haut., i m. 7b; larg., i m. 10. 

Lorsque, il y a quelques années, à l'Exposition des portraits de 
femmes, organisée par la Société Nationale, à Bagatelle, on vit paraître 
cette oeuvre, dont peu de personnes se souvenaient, ce fut dans le 
public un cri d'unanime admiration. Il semble que Courbet y ait 
réalisé tout ce qu'il voulait, et il ne sera pas inopportun de rapporter 
l'exposé de la théorie du peintre, telle que l'a formulée, d'après 
Prud'hon, le regretté Georges Riat, dans le beau livre qu'il a consacré 
au peintre et à l'ami ' : 

« Son objet, c'est l'idéal. Réalisme et idéalisme sont devenus des 
mots presque inintelligibles. Le réel et l'idéal, chez l'artiste, sont insé- 
parables. L'idéal est ce qui est conforme à l'idée, ou y a rapport. L'idée 
est la notion typique, spécifique, génésique, que l'esprit se forme d'une 
chose, abstraction faite de toute matérialité. Donc, l'idéal indique une 
généralisation, non une réalité, le contraire de l'individu observé tel, 
par conséquent une antithèse du réel. De plus, l'idée est le type pur, 
parfait, la perfection, l'absolu. L'idéal est donc la forme parfaite qui se 
révèle à nous en tout objet, et dont cet objet n'est qu'une réalisation 
plus ou moins approchée. Cet idéal, n'existant pas, ne peut être repré- 
senté et se peindre. Mais alors, quel sera l'emploi de cet idéal, dont il 
est l'objet? 

» L'artiste fera comme la nature, qui donne des réalisations parti- 
culières d'après des types en idéaux qui sont en elle ; il la continue 
en produisant à son tour des images d'après certaines idées à lui qu'il 
désire nous communiquer. L'art, ainsi, est essentiellement concret, 
particulariste et déterminatif, comme la nature; c'est grâce à ces formes 
concrètes qu'il inculque plus profondément le sentiment du beau et du 
sublime, l'amour de la perfection, l'idéal. Il est donc une représentation 
idéaliste de la nature et de noiis-tnême, eu vue du perfectionnement 
physique et moral de notre espèce. » 

I. Gustave Courbet, peintre. Floury, éditeur. 



Oou.l^.uiS' 




' /h^J/ y///' / //r// ', 



^^ ou V Lv'u I S ) 




/'/.>.<•./<■ <■///» 



9: 



iy/^Jfv^f^/f ^^/A/' f // r/ /< //.^ ff I /^/////./ 



34 TABLEAUX MODERNES 



COURBET 

(GUSTAVE) 



41 — Les Grottes. 



Signé à gauche, en bas : G. Courbet. 

Toile. Haut., 83 cent.; larg., 98 cent. 



n" 




TABLEAUX MODERNES 35 



CROEGAERT 

(GEORGES) 

42 — T^a Femme aux seqiiins d'or. 

Signé à gauche, en bas : Georges Crœgaert, Paris 188S. 

Panneau. Haut., 33 cent. 1/2; larg., 23 cent. 

CROEGAERT 

(GEORGES) 

43 — La Jeune femme au voile de ga:^e. 

Signé à gauche, en bas : Georges Crœgaert, Paris 1886. 

Panneau. Haut., 28 cent.; larg., 23 cent. 

CROEGAERT 

(GEORGES) 

44 — Profil d^une beauté blonde. 

Signé à gauche, en bas : Georges Crœgaert^ Paris 1886. 

Panneau. Haut., 28 cent.; larg., 23 cent. 

DAUBIGNY 

(CHARLES) 

1817-1878 



45 — Panorama de ville. 



Dessin au crayon avec des reprises de plume, sur 
papier maïs. 

Signé à droite, en bas : Daubigny. 

Haut., 12 cent.; larg., 11 cent. 



?6 TABLEAUX MODERNES 



DESCHAMPS 

(LOUIS) 

46 — Orpheline en prières. 

Elle est vêtue de noir et se tient debout, les yeux 
baissés, presque de face, derrière sa chaise dont le 
dossier sert d'appui à ses deux mains qui tiennent un 
livre de messe à reliure rouge. 

Signé à gauche, en bas : Louis Deschamps, 1886. 

Toile. Haut., 56 cent.; larg., 40 cent. 



DESCHAMPS 

(LOUIS) 

47 — ha Fillette à la robe grise. 

Signé à droite, en bas : Louis Deschamps, i88g. 

Toile. Haut., i m. 12; larg., 73 cent. 

DILLENZ 

(ADOLF) 

48 — Les Patineurs, 

Signé à gauche, en bas : Adolf Dilleni. 

Panneau. Haut., 65 cent.; larg., 49 cent. 



TABLEAUX MODERNES 37 



ÉCOLE FRANÇAISE 

(XIX' SIÈCLE) 

49 — La Femme aux fleurs. 

La Femme aux fruits. 

Deux pendants. 
Pastels. 

Haut., 39 cent.; larg., 29 cent. 

ÉCOLE FRANÇAISE 

> 

50 — Lever de lune sur la rivière. 

Panneau. Haut., i6 cent. 1/2; larg., 22 cent. 1/2. 



ÉCOLE FRANÇAISE 

5i — L'arc-en-ciel au-dessus des pommiers en 
fleurs. 

Toile. Haut., 60 cent.; larg., 75 cent. 



38 TABLEAUX MODERNES 



HENNER 

(JEAN-JACQUES) 
1829-1905 

52 — La Belle Créole. 

Elle est représentée la tête tournée de profil à gauche, 
le nez fin, la bouche rose et sensuelle, le menton volon- 
taire, l'œil clair où palpite le rêve, Toreille spirituelle 
dans l'ombre des cheveux châtains à reflets fauve 
ardent. Le torse est vêtu d'une draperie de velours 
grenat, qui dégage délicatement le haut de la poitrine et 
l'épaule droite. Le cou, d'un galbe pur, porte la tête 
avec une élégance suprême. La figure se détache pleine 
de lumière sur un fond sombre. 

Signé à droite, en haut : /.-/. Henner. 

Toile. Haut., 56 cent.; larg., Sg cent. 

Lorsque en 1887, Henner exposa, sous le titre de : Une Créole, le 
profil de M'"'' de V..., le succès fut tel que l'État demanda, pour le 
Luxembourg, l'œuvre que l'on tenait déjà pour un chef-d'œuvre. 

Mais ce portrait était la propriété du modèle. Henner demanda à 
jyjme ^e Y__ jje j^j laisser vendre à l'État l'œuvre exposée au Salon, lui 
promettant de la refaire intégralement ; il en fut ainsi, comme le 
prouvent les deux lettres du maître, dont nous tenons à donner ici 
la copie. 

Première lettre; le timbre de l'enveloppe est oblitéré du 2 juillet 
1887 : 

« Chère madame, 

» Voilà l'exposition finie. Je suis à votre disposition pour refaire 
votre portrait, comme celui du Salon, j'espère mieux. 

» Quand pourrez-vous venir? Veuillez, je vous prie, me faire un 
signe, et recevez en attendant mes compliments les plus affectueux. 

» Votre dévoué, 

)) J.-J. Henner. » 



. 'L"*»: iiiio\ ^11 



C C 




I'r,>,uJr f-f Imp ('fi'rf/t:^- J'r/jr 



y.r /.// 






TABLEAUX MODERNES 39 

Seconde lettre; timbre oblitéré du 'ib avril 1888 : 

« Chère madame, 

» J'ai, en etîct, été malade depuis mon retour à Paris. Je regrette 
infiniment de vous avoir manquéc. Je vais mieux maintenant et j'ai 
passé devant chez vous hier soir. 

» Vous savez qu'on copie votre portrait au Luxembourg. Je sais 
que ce n'est pas le moment de vous demander encore une petite séance 
pour le second portrait, mais il est presque fait. 

» Je vous envoie mille bons compliments et j'espère aller vous 
voir au premier jour. 

» Votre bien dévoué, 

» J.-J. Henner. » 

Par le portrait qui est ici catalogué, on peut juger que le maître 
tint parole : l'œuvre, refaite entièrement d'après son modèle, est de 
tous points égale à celle du Luxembourg, si elle ne lui est supérieure, 
ainsi qu'Henner l'avait promis. 

Et c'est depuis lors que le tableau fut généralement désigné : 
la Belle Créole. 



40 TABLEAUX MODERNES 

LEYS 

(Attribué à) 



53 — Plantin et Erasme dans F imprimerie. 

Debout dans rimprimerie, Plantin montre à Erasme 
une épreuve qu'un apprenti vient d'apporter; à gauche, 
les correcteurs s'arrêtent de leur travail pour écouter 
les deux maîtres; à droite, un ouvrier imprimeur se 
retourne, tandis que de la main gauche il tient encore un 
volant de sa presse à bras. Par les verrières de la haute 
salle, on aperçoit le clocher de la cathédrale d'Anvers. 

Panneau. Haut., 69 cent.; larg., 47 cent. 1/2. 



ROBERT-FLEURY 

(JOSEPH-NICOLAS) 

1797- 1890 

54 — Un membre du Conseil des Dix. 

Il est assis, en robe grenat, s'appuie de la main droite 
sur une table couverte d'un tapis vert, et retient sur 
son genou, de la main gauche, un gros livre. 

Signé à gauche, en bas : Robert-Fleury, 184g. 

Panneau. Haut., 34 cent. 1/2; larg., 25 cent. 



TABLEAUiX MODERNES 41 

SCHNEITZ 

(École de JEAN-VICTOR) 
1787- 1870 

55 — Tête d'expression. 

Toile. Haut., 5 1 cent, i '2 ; larg., 44 cent. 1/2 

TSCHAGGENY 

(G.) 

56 — Etude de cheval. 

De profil à droite. 

Signé à gauche, en bas : C. Tschaggeny, 1842. 

Toile. Haut., 99 cent.; larg., i m. 25. 



VOILLEMOT 

(CHARLES) 

Né en 1823 

5y — V Escarpolette de V Amour. 

Signé à gauche, en bas : Ch. Voillemot. 
Aquarelle. 

Toile. Haut., i m. 80; larg., i m. i{ 



42 TABLEAUX MODERNES 

VOILLEMOT 

(CHARLES) 

58 — Celui-là. 

Aquarelle. 

Haut., 74 cent.; larg., 5o cent. 

Salon de iSSj^ sous le n° SSSy. 

VOILLEMOT 

(CHARLES) 

5 9 — La Dormeuse coquette. 

Signé à gauche, en haut : Ch. Voillemot. 
Aquarelle. 

Haut., 78 cent.; larg., bj cent. 




A'^'m'/'/miK:'- M^^